Où se renseigner au niveau de la succession et de l’assurance vie ?

Accueil Saint assurance Où se renseigner au niveau de la succession et de l'assurance vie ?

La succession se pose au décès d’un assuré. Son assurance vie peut-elle revenir au conjoint survivant déclaré ? Pour en avoir le cœur net, il convient de s’en informer. Mais où trouver les bonnes réponses à cette question ? Ce tutoriel vous donne de meilleures indications.

La compagnie d’assurances

Au décès de l’assuré, l’examen de son assurance mène à des révélations. C’est pourquoi il faut toujours se renseigner sur ces engagements pris de son vivant. La compagnie d’assurance est mieux placée pour en expliquer les tenants et aboutissants.

Par son aide, vous arrivez à comprendre la teneur des clauses du contrat. Il compte entre autres accords, une importante clause de succession. Celle-ci se dénomme la clause bénéficiaire. Elle est de deux types qui indiquent à qui revient le capital en cas de décès.

  • La clause bénéficiaire non nominative

Elle ne désigne personne a priori. Cependant, elle fait référence évidente au conjoint. S’ils sont mariés, la succession est directe. A contrario, les enfants en sont les bénéficiaires si le couple vivait en concubinage. Un.e fiancé.e ne peut non plus prétendre à cet avoir.

  • La clause spécifique

Elle est explicite, identifiant la personne à laquelle revient le capital ou la tente. Par cet accord, l’assuré désigne son successeur, répartit ses avoirs ou modifie la clause.

Le notaire

Le notaire est un agent assermenté des questions juridiques. À ce titre, il est habilité à assister les requérants pour certaines situations liées à la succession. Pour son expérience, il peut valablement intervenir sur la succession assurance vie.

Cependant, il faut qu’il soit spécialisé dans le domaine des assurances. À défaut, il est la personne indiquée pour examiner un testament. Or, il n’est pas exclu qu’un assuré mentionne son assurance dans son testament ou qu’il l’est confié à un notaire qui l’a en charge. Cet officiel mettra à disposition ladite police. Elle nomme en général une ou plusieurs ayants droits :

  • enfants,
  • conjoint.e,
  • ami.e,
  • neveu,
  • association, etc.

En fin de compte, le notaire remet une déclaration partielle de succession aux héritiers. Ils peuvent dès lors entrer en possession du capital. L’assureur, lui, a un mois pour exécuter la requête, faute de quoi il paie des intérêts de délai passé.

L’assistant patrimoine

Cet autre opérateur est l’une des meilleures adresses à laquelle s’informer. L’assistant en gestion de patrimoine gère les relations administratives et clients. Il a un cabinet ou il est employé par une banque.

Quel que soit son statut, il intervient sur les plans juridiques et administratifs des relations banques-clients. De même, il est outillé pour peser sur les rapports assurance-assurés. Il est donc habilité à mener une veille juridique et administrative du portefeuille client.

La banque

Vous trouverez également une oreille attentive auprès de la banque de l’assuré.e. Elle est d’autant mieux indiquée qu’elle promeut des assurances parmi ses produits. Ses clients souscrivent ainsi des paysages variés qui contiennent différentes catégories d’assurances.

Si l’assuré.e avait contracté une assurance vie, alors sa banque devrait en révéler le contenu à celui ou ceux que le titulaire a désigné comme successeur.s. Le gestionnaire du compte du défunt s’occupe d’expliquer à sa famille les produits qu’il a souscrits. À part le gestionnaire, un agent spécialisé des assurances, en interne, se dispose à éclairer les bénéficiaires sur leurs profits.